Petits maux de parents post-vacances : vous reconnaissez ces symptômes ?!

4 Sep

Après quelques jours ou semaines de vacances en famille, vous rentrez normalement détendue, bronzée (enfin, si vous étiez en Corse…), épanouie, et…reposée ? Mouais, faut voir… Car les vacances en famille entraînent généralement quelques « marques » en fin de séjour…Et vous, êtes-vous atteint(e) de certains de ces symptômes post-vacances avec vos mini-moi ?!

(c) Marie Crayon - drolesdemums.com

(c) Marie Crayon – drolesdemums.com

  • Le torticolis

INEVITABLE si vous avez voyagé plus d’une heure pour aller ou revenir de vos vacances…quelque soit le moyen de locomotion emprunté ! Le pire reste la voiture, où il est difficile de ne pas attraper un blocage de cervicales, vu que l’on passe son temps à …se retourner  (sauf si vous avez réussi à négocier avec votre homme de prendre le volant, mais bizarrement il accepte rarement votre aide généreuse ?!). Donc vous êtes en moyenne appelée à vous retourner / contorsionner 450 fois en 1 heure pour…

– ramasser les feutres encore tombés et bloqués sous le tapis

– remettre en route le DVD qui a …encore sauté …

– essorer la bouteille d’eau dont mini-moi a cru refermer le bouchon…

– amuser la galerie à coups de coucou/caché et de comptines de voyages en boucle, séparer la même galerie qui s’étripe pour lire le même bouquin, clouer le bec de (toujours la même) galerie qui demande pour la 1000e fois quand-c’est-qu-on-arrive…

Moi je dis, de la même façon qu’un constructeur automobile a ingénieusement lancé la fermeture de coffre avec le pied (pas con…j’achèterais la voiture rien que pour ça, bravo les gars), je loue par avance celui qui commercialisera un siège passager rotatif…ou alors des sièges enfant rotatifs (tu brailles ? rotation de siège et hop au coin dans le coffre :-))

  • Bourdonnements d’oreille persistants : mmmaammaaannnn….? 

S’il vous est arrivé pendant vos vacances de vous retrouver une fois ou deux SANS vos mini-moi pendant quelques heures, vous avez certainement été victime de ces « voix » où vous continuez à entendre comme un bourdonnement : « maman ?? » Et oui, le contact prolongé parent/enfant entraîne cette étrange persistance auditive qui vous ferait presque regretter les « Il est où le rapport d’activité mensuel pour hier? » de votre boss…

  • +3 kg sur la balance…la faute au menu enfant !!

Ne mettons pas tout sur le dos de nos mini-moi, si on revient de vacances avec + 3kg c’est en partie à cause des apéros répétés rosé/saucisson, et nos enfants n’y sont pour rien…Mais les restaus de vacances où on se retrouve à finir les portions de frites maousse ou la mousse au chocolat du menu enfant, ça vous anéantit tous les efforts mis dans la commande d’une salade César ou d’un sorbet framboise…! ( et vu le tarif du menu à la paillotte de plage, on va pas gâcher!)

  • Les douleurs cervicales/dos/trapèze

Quelque soit vos activités de vacances, il y a certainement une bonne raison pour que vous attrapiez à un moment ou un autre un bon mal de dos:

– la rando en montagne qui se termine invariablement sur vos épaules…(maman, c’est trop haut !! J’ai mal aux pieds!!)

– l’escapade à la plage avec enfants+maxi sac+tente UV+seaux et pelles+planches ou autres cerf-volants…vous voilà transformé en véritable sherpa de la playa…

– la piscine du camping où vous enchaînez la 50e descente en toboggan aquatique avec mini-moi et où vous vous contorsionnez pour qu’il garde la tête hors de l’eau…alors que vous n’avez plus la souplesse de vos 20 ans!

 

Bon et bien avec tout ça vous êtes prêts pour…les contorsions de la rentrée !! On en reparlera bientôt 🙂

Bonne rentrée à tous !

Vacances en famille, version sicilienne : la version non approuvée

10 Juil

Lors de vacances récentes en famille avec les mini-moi, on a opté pour la version dolce vita en Sicile : alors, « vita » en effet, « dolce » pas toujours !  Petite check list de ce que l’on a testé…sans forcément approuver 🙂

  • La plage de galets-non-mais-c’est-pas-une-plage : Check

Quand vous avez habitué vos enfants aux vacances en Corse ou en Vendée, enfin là où plage = sable fin, évidemment la plage de galets c’est galets enfantsun peu la planète Saturne. Ils vous demandent ce que c’est que cette soi-disant « plage » que vous leur avez vendue, qui ressemble plutôt pour eux à un terrain vague de cailloux… ! Ça vous donne des réflexions du genre :

«  Mais je fais quoi, maintenant, avec ma pelle et mon seau ? »

«  Mais où ils vont vivre les crabes ? »

«  Mais ça me fait mmaaall aux pieds, maman !!! »

Vous en viendrez presque à regretter le sable qui brûle les pieds ou qui colle aux mains… !

  • La pasta comme à la maison….enfin presque : Check
J'aurais peut être dû essayer ça ?

J’aurais peut être dû essayer ça ?

L’avantage en Italie, c’est qu’il y a toujours des pâtes au menu ! L’inconvénient, en étant en demi-pension, c’est que vous ne demandez pas ce qu’il y a dans les pâtes…  « Mais oui, ma chérie, c’est des pâtes comme à la maison » ! Et là, il faut donc vous armer d’inventivité pour leur faire avaler (c’est le cas de le dire) que les petits dés d’aubergine, c’est presque comme des petites tomates, que la ricotta fumée 2 ans d’âge c’est grosso modo comme le gruyère, et que les câpres non non c’est pas amer du tout…

Au bout de 3 jours, vous avez compris le message : « Pasta bianca per la bambina » (des macaroni, de l’huile d’olive, et basta !)

 

 

  • La balade en bateau-chéri-retiens-le-capitaine-on-n’est-pas-prêts : Check

Vous avez tout bien programmé pour cette sortie dans les îles environnantes, vérifié l’horaire de départ…ah oui, mais ça c’était avant de savoir que les places de parking sont à 1 km de l’embarcadère, avant que mini-moi 2 décide que c’est le bon moment pour un change de couche absolument urgentissime, avant que mini-moi 1 ait subtilement coincé votre carte bleue derrière la plage arrière… Résultat, vous voilà contrainte de retenir le conducteur de la navette par la casquette, vos mini-moi hirsutes sous le bras, en expliquant que oui, oui, votre mari arrive tout de suite, enfin dès qu’il aura retrouvé un moyen de paiement pour la dite traversée… et Grazie Signore !

  • La grande scène du théâtre antique revisitée…Check

Moment de contemplation devant la grande scène du théâtre antique romain, 3 siècles d’histoire qui vous IMG_1886contemplent, on s’imagine les acteurs de l’an II, dans leurs toges majestueuses…Et soudain, vous revenez brusquement à la réalité version XXIe siècle :  « Libérréee, dééliivvrééee »… Mais oui, c’est bien votre mini-moi qui est montée vaillamment sur la scène (interdite au public, bien entendu) et qui, galvanisée par la majesté des lieux, entame le solo de la Reine des neiges avec ardeur !! Les grands moments de solitude, ça n’a donc pas de frontières…

  • Derniers à l’enregistrement, avion surbooké : check

last-minute-flight-deals-3Quand on vous dit d’arriver 2h avant à l’aéroport, vous vous dites que vous avez de la marge. Vous oui, mais pas les 100 retraités qui sont dans le même vol charter que vous, et qui eux sont là depuis 3h déjà (faudrait pas louper l’avion quand même…). Donc même sans être en retard, vous êtes les derniers à enregistrer, donc il ne vous reste que les places pourries et séparées évidemment…

Pas grave, vous vous dites que vous vous arrangerez avec vos voisins dans l’avion, pour que votre mini-moi de 5 ans ne voyage pas toute seule…Et bien pas de bol, vous êtes tombée à côté de Mamie-Josiane-la-pas-sympa, qui ne se laissera pas amadouer pour autant : « Ah ben non, moi j’ai demandé le siège à côté du hublot » : la Josiane, on l’aurait bien balancée dans la soute…

Du coup, vous faites bien passer et repasser votre mini-moi chouineur, et de mauvaise humeur, PILE devant sa rangée : la vengeance n’a pas de frontières elle non plus 😛

Comment j’ai renoncé à être girly…le jour où j’ai eu des mini-moi

15 Mai

 

Sixinthecity

(c) Sixinthecity

Avant, je passais une heure dans un magasin à me décider entre une jupe bleu roi ou bleu pétrole…

Avant, je passais 20 minutes à tester mes rouges à lèvres avant de sortir avec mon amoureux…

Avant, je me changeais toujours avant d’aller au restau (ah oui, j’allais au restau, tiens…)

Oui, mais ça c’était avant, en ce temps qui me semble désormais préhistorique, où j’avais du temps rien-que-pour-moi.

Etant désormais équipée de deux adorables mais néanmoins accaparantes mini-moi, certaines habitudes de girly attitude ont un peu changé…Rassurez-moi et dites-moi que ça vous rappelle quelque chose!

 

  • Avant je mettais des jupes et de jolis collants fins pour montrer mes jolies gambettes…Ah oui, c’était avant…

Parce que maintenant, il ne se passe généralement pas plus de deux heures sans qu’un mini moi s’agrippe à tes genoux pour ne pas tomber, ou que tu ne te lèves brusquement de ta chaise parce que ça hurle dans la maison et que ton collant reste coincé dans l’assise en osier…donc le joli collant 15 deniers a une durée de vie avant filage/trouage/arrachage qui devient très très limitée.

La vraie vie, maintenant : à toi les joies du collant opaque ! Heureusement que le color block était tendance cet hiver, on pouvait mettre de gros collants épais sans être ridicule, tant qu’ils étaient corail ou turquoise… et pour montrer tes jolies gambettes, désormais, tu attends le mois de Juillet !

  • Avant, je me faisais un brushing le matin…ah oui, c’était avant…

chouette décoifféeSoyons claire, je n’ai jamais été une grande pro de la brosse ronde, mais se sécher au moins les cheveux avant de sortir , surtout en plein hiver, c’était compris dans le tarif matinal.

La vraie vie maintenant, c’est qu’il y a TOUJOURS un autre truc à faire que de s’occuper de son état capillaire : un manteau perdu à l’heure de partir à l’école, une carte de bus pas rangée, le trousseau de clés que mini-moi a planqué Dieu-sait-où, le petit plat de mini-moi 2 qu’on a oublié de préparer…bref, on termine invariablement désemparée, en se regardant rapidement dans le rétro au feu rouge. Le constat est sans appel : mèches  pas lissées, épis pas domptés, et frange…heu, décomposée ?? Tiens,le syndrome Florence Foresti (j’enfile une djellaba/je me maquille pas/ je me coiffe pas), en fait ça nous ressemble furieusement… Et le pire, c’est quand on jette un deuxième coup d’oeil dans le rétro et qu’on voit les couettes de travers de mini-moi ou son épi récalcitrant, et que l’on se dit qu’on ne peut même pas se consoler avec le look de ses enfants !

 

  • Avant, mes mains étaient douces, mes ongles vernis…ah oui, c’était avant…

Parce que maintenant, poser 3 couches de vernis OPI orange tangerine, ça m’arrive bien rarement vu que 1/ quand je peux m’asseoir 3 minutes dans le canap’, je fais la sieste avant de penser à ma manucure, 2/ quand je m’y mets, un sympathique bipède de moins d’un mètre vient généralement mettre ses mains dedans ou trépigne pour avoir sa couche de vernis aussi, donc ça ne sèche pas, donc ça ne ressemble plus à rien, et ça se finit avec un bon coup de dissolvant…

La vraie vie, maintenant, c’est que lorsque par miracle j’ai réussi à poser l’enduit, le laisser sécher et obtenu un résultat correct, et bien essayez de faire tenir un vernis, même avec trois couches de laque, quand vous trempez 50 fois par jour vos mains dans le bain-le rinçage des biberons sales-le débarbouillage à coups de lingettes….personnellement, dans le match vernis contre vraie vie de mummy, ce n’est jamais le vernis qui gagne chez moi !

 

  • Avant, mon look était étudié et coordonné…ah oui, c’était avant…Foresti_bref

Je n’en suis pas encore à enfiler un vieux pantalon de survêt pour aller déposer les mini-moi le matin (quoique, certains matins, la djellaba n’est pas loin – Florence Foresti, notre maître à toutes…), mais quand même, c’est plus ce que c’était ! Même en étant une working mum, avec un standing vestimentaire minimum à assurer, il y a des choses que l’on ne fait plus… Parce que les petites blouses en soie, on n’a plus le temps de les repasser, que les jolis pantalons crème, ils ont une dure de vie d’une heure max (rappelez vous, j’ai déjà évoqué ce problème ici!), et surtout que le temps de décision devant le placard le matin a été divisé par dix , mais sans gagner en efficacité pour autant ! Je passe bien sûr sur les dérapages de dernière minute le matin : mini-moi qui lâche sa tartine (côté Nutella) sur vos jolies ballerines en nubuck, mini-moi 2 qui se sert de votre étole en cachemire comme serpillière…

Résultat

– soit le look manque sévèrement d’originalité (syndrome « je dois être partie dans 3 minutes, vite mon pull noir-mon jean noir »),

– soit il est un peu trop original (syndrome « j’attrape le premier truc dans le placard, c’est coordonné moyen moyen ce haut vert et ce pantalon fuchsia, étonnamment ça ne fait pas aussi classe que dans les séries mode du ELLE »),

– et dans tous les cas : il manque définitivement de recherche fashion !

Heureusement qu’on a des réunions avec big boss de temps en temps pour sortir les talons de 8cm et la petite robe noire qui va bien (enfin, la seule qui nous va encore…), ça compense les jours de lose vestimentaire !

 

Allez, consolez-moi, racontez-moi vos renoncements (choisis… ou forcés!) de fille girly !

 

Nos enfants, ces bandits en puissance

28 Fév body bébé wanted

body bébé wantedQuand on y pense, nos mini-moi ont quand même de la chance : avec tous les actes quasi-terroristes qu’ils commettent à longueur de journée, ils auraient de quoi écoper de la correctionnelle, vous ne trouvez pas ?! Si on avait le malheur de faire le tiers du quart de leurs entorses à la loi, on n’aurait plus qu’à se trouver un très bon avocat…

Mum à l’ouest dresse pour vous une liste, absolument pas exhaustive, de quelques menus larcins de nos mini-lardons, qui ne seraient pas si graves si la récidive n’était pas…quotidienne !

1. Sabotage de sieste (ou grasse matinée, ou tout autre «break » parental) : c’est pas sadique, ce «Mammmaann, c’est fini la sieste ?? » alors que, enfin calé dans le canapé depuis dix minutes, vous venez de piquer du nez  pour tenter de récupérer les 3 réveils nocturnes de mini-moi ? La suite, vous la connaissez  : après s’être fait rembarrer, la crapule s’endort paisiblement pendant 2 heures,  et pour vous… évidemment, c’est foutu, vous avez loupé le coche ! Il semble que toute prévention de sabotage soit inutile ( «tu n’appelles pas maman pour rien, hein ?! »), voire même encourage inconsciemment le passage à l’acte…

2. Harcèlement moral : « Maman, [compléter par la phrase de votre choix ci-après] : tu viiennsss / tu me fermes mon bouton / tu me donnes un bout de pain / je trouve pas mon bonnet !! » etc, etc. Phrase (enfin, injonction) répétée en boucle et crescendo, si vous ne débarquez pas dans la demi-seconde qui suit la demande…Un vrai harcèlement continu, souvent inversement proportionnel à l’importance de la requête, mais épuisant pour vos petits nerfs fragiles : il manque plus que la lampe d’interrogatoire sous le nez !

3.Vol et recel : il est 7h38, vous êtes à la bourre et cherchez vos escarpins dans toute la maison ? Ils sont probablement dans le placard de mini-moi (« mais maman, j’ai joué à la princesse !! »)…Vous vous retrouvez sans votre carte bleue à la caisse de Leclerc avec votre chariot plein et une caissière qui ne trouve pas ça drôle du tout ? Normal, mini-moi a encore « joué à la marchande » ou juste dépouillé votre sac à main, la CB est donc quelque part abandonnée sous un meuble… Certes ils n’ont pas revendu vos fringues sur ebay ni utilisé votre carte pour des achats illicites, mais quand même ces vols répétés, qui vous rendent au choix en retard, ou très honteuse, ça devrait être sanctionné à la longue !! En cas de récidive trop fréquente, vous pouvez toujours lui planquer son Flash Mac Queen ou sa poupée Dora [oui, je sais, la vengeance c’est pas très éducatif comme principe…]

(c) very french gangsters

(c) very french gangsters

4.Usurpation d’identité :  ça c’est un peu de votre faute, à force de le laisser jouer avec votre téléphone pour avoir la paix en voiture…voilà que mini-moi, du haut de ses 2 ans, manie habilement votre répertoire téléphonique et trouve le moyen d’appeler LE mauvais contact (big boss, belle-maman, votre ex…) et de babiller allègrement : vous trouvez ses petits piapias charmants jusqu’au moment où vous réalisez qu’il y a quelqu’un à l’autre bout du fil…et que vous n’allez jamais réussir à regarder big boss en face demain matin…

Variante (vécue) : du haut de ses 14 mois (!!), mini-moi  se connecte sur Facebook depuis votre mobile et réussit à envoyer un mémorable « zzzggrrbbblliittttt » sur votre mur…vaut mieux espérer que vous ne gérez pas le compte Facebook de votre entreprise depuis votre smartphone 😮

5. Troubles à l’ordre public : hurlements intempestifs, bondissements incontrôlés, roulage par terre de frustration….nos petits affreux ont tous un jour semé la zizanie, mis le dawa, bref troublé un lieu public quelconque (plus y a de foule, mieux c’est bien sûr) : si vous vous mettiez à brailler comme vos chères têtes blondes à l’heure de quitter le manège, ou devant le rayon de bonbons, on vous collerait pour 24h à l’isolement !! Comme vous êtes une mère digne, vous vous retenez de planter votre descendance sur le champ au milieu des allées et de partir en courant, vous ravalez votre honte [mais non, mon enfant n’est pas mal élevé], et surtout, vous essayez d’éviter que la scène se répète toujours au même endroit…

Bon il parait que le rodage de toutes ces entorses au règlement s’appelle l’E-DU-CA-TION. Et que cette dernière repose principalement sur nos fragiles épaules de parents (parfois) dépassés… qui aimeraient eux aussi pouvoir se rouler par terre de temps en temps !!

Quant à vous, les marmots, je ne devrais pas le dire trop fort, mais profitez-en (un peu) tant que vous le pouvez : avoir l’excuse d’être un enfant ça sert aussi à ça !

Noël au soleil : l’envers du palmier, euh du décor !

31 Jan

Noël au soleil : l’envers du palmier décor !

Après le test des vacances au ski l’an dernier (souvenez-vous…), changement de décor : cette année, Noël c’était au soleil, sous les palmiers ! Au-delà du plaisir de voir le père Noël en short, ce fut l’occasion de confronter le fantasme des vacances au soleil à la réalité à laquelle on a discrètement ajouté 2 mini-moi en option sur le transat…Résultat : Noël au soleil c’est top, mais avec quelques effets secondaires, plus ou moins inattendus !

Noel au soleil

On déboulonne déjà 2 ou 3 idées reçues :

  •  « Contrairement au ski, on va mettre moins de 5 h à se préparer pour partir le matin, hop on enfile un maillot et c’est parti ! »

Nan, nan, nan : ski ou bikini, rien à faire, la logistique est tout aussi compliquée qu’un départ pour le tour du monde…Parce qu’une fois que vous avez checké les tongs/les chapeaux/les lunettes/ les crèmes solaires enfant/les crèmes solaire adulte/la serviette qui n’est pas trempée de la veille/les chaussures méduses parce que « y a des bêtes dans le sable » / les bouteilles d’eau/le brumisateur/les lingettes parce que «  le sable ça cccoollleeee » / les brassards/les flotteurs/les masques/les tubas….et ben tiens, il s’est mis à pleuvoir !!

  • « On emporte 3 fois rien dans les valises, de toute façon sous les tropiques il fait tout le temps beau »

Nan, nan, nan : sous les tropiques, c’est comme en Bretagvalise vacancesne (enfin, avec 25° de plus, ce qui fait quand même toute la différence) : il fait très beau…entre les averses ! Donc quand tu en es à ta troisième saucée de la journée, tu n’as plus rien à mettre à tes mini-moi ! Soit tu optes pour l’option Robinson : pour vivre heureux, vivons en maillot ou en pagne…soit tu as trouvé LA Bonne excuse pour aller faire du shopping, et acheter des ensembles madras chez Doudou Joséphine !

  • Les enfants vont découvrir la faune et la flore locale, quel enrichissement, quels merveilleux moments de découverte en perspective !

Nan, nan, nan : crabes, tortues, grenouilles et autres lézards sont très familiers des petits locaux…mais pas du tout, du tout de vos crapules citadines ! Cris d’orfraie à la vue du petit crabe qui détale en entendant mini-moi hurler, rétropédalage dans le lagon à la vue de l’ombre de la nageoire d’un bébé tortue (que vous aviez mis une heure à pister), sans parler du sprint digne d’Ussain Bolt quand les grenouilles se rapprochent du bassin de la piscine … après  2/3 jours d’acclimatation, on n’est plus obligé de faire un détour d’un km dès qu’on croise un batracien ou une bestiole à pattes, mais on se dit que pour le Costa Rica on va attendre un peu !!

Et puis les vacances au soleil, ça a aussi quelques effets secondaires :

  • Ta fille se transforme en pétasse du sketch de Florence Foresti, quand  elle demande innocemment à l’heure de l’apéro : « ben, y a pas de jus de goyave ?? »
  • Ton mini-moi te sort des remarques de petit nanti et te colle la honte quand il lâche, le jour de la rentrée, devant Paco et Zoé qui eux ont passé Noël chez papy et mamy dans la Creuse : « non mais tu vois c’est super de partir loin en vacances, parce que comme ça le père Noël il passe deux fois » (enfant pourrie gâtée, va…) , ou encore « il était quelle heure, là où tu étais en vacances ? » (ben non, y a pas de décalage horaire dans la Creuse), le pompon étant « t’as dormi dans l’avion » ? (ben non, la Creuse c’est 7h de route nationale, et y a pas d’aéroport…)

Allez, l’an prochain on teste Noël dans la Creuse et on compare !

Le top 5 des excuses à deux balles…(pour tenter de se dédouaner d’un mois d’absence sur Mumalouest!)

23 Jan

potte_sorryBon, les vacances ok, la rentrée ok, mais là, quand on arrive à un mois sans poster le moindre petit billet, pas même une carte de vœux toute faite, Nada…Je l’avoue, honte et culpabilité s’emparent de moi…

Mais pour ne pas vous décevoir, chers lecteurs, je vous ai concocté une petite liste d’excuses qui déclenchera une empathie et un pardon immédiat à mon égard ! Et comme en plus, je suis sympa, je vous laisse le plaisir de réutiliser ces excuses à toutes les sauces, et à toutes les situations du quotidien où on a besoin de se trouver une (bonne ou mauvaise) excuse!

1.       Je suis partie en vacances 3 semaines au soleil, j’ai telllemmennt déconnecté, je ne pouvais pas écrire une ligne !!

Option 1 : excuse réelle / Conséquence : vous n’êtes pas pardonnée, vous êtes DETESTEE

Option 2 : fausse excuse, vous étiez en Picardie dans la belle-famille pour Noël / Conséquence : vous virez mythomane,  c’était tellement pénible que vous êtes obligée d’inventer un gros bobard pour oublier ce moment de déprime intense

2.       J’étais ddéébboordddéee de boulot !

Option 1 : excuse réelle / Conséquence : le doute subsiste dans l’assistance: on n’est jamais vraiment débordée entre le 25 et le 31 décembre, à part pour envoyer ses cartes de vœux…ou quand on bosse chez Auchan !

Option 2 : fausse excuse, tout le monde sait que vous êtes au chômage / Conséquence : le doute subsiste dans l’assistance, c’est vrai personne ne se décide à refaire entièrement son CV après 3 verres de rouge, le foie gras et la bûche au chocolat, non ?

3. J’ai fait une dépression post-Noëlesque

Option 1 : excuse réelle (rapport à votre séjour en Picardie chez belle-maman) / Conséquence : ayant noyé votre peine dans les boîtes de chocolat ou les coupettes de champagne, vous êtes toute plombée, et c’est pas comme ça que vous allez être élue bloggeuse de l’année

Option 2 : fausse excuse, on vous a vu poster des photos ultra épanouies sur Instagram pendant les fêtes ! / Conséquence : inventez-vous une fausse dépression, rajoutez en des tonnes et racontez la sur votre blog ?!

4. Les enfants sont malades non stop depuis 1 mois, je vis chez mon pédiatre

Option 1 : excuse réelle  / Conséquence : on est d’accord, les nuits sans sommeil et les tournées de lessive post-gastro, ça stimule moyennement la créativité…mais d’un autre côté, vous pourriez mettre à profit les heures de  poireautage dans la salle d’attente ?!

Option 2 : fausse excuse, votre mini-moi a un mini-rhume depuis 2 jours / Conséquence : c’est plutôt une crise de flemmingite aiguë qui vous a terrassée, non ?

5. Je suis la cousine de Julie Gayet, si tu crois que j’ai que ça à faire en ce moment…

Option 1 : excuse réelle  / Conséquence : préparez vous à entendre encore à peu près 500 fois « non mais alors, tu sais toi, il se la tape vraiment ?? »

Option 2 : fausse excuse / Conséquence :  vous pouvez toujours légèrement détourner la réalité et arguer du fait que ce scoop vous a tellement laissée baba, comme deux ronds de flan, interloquée, que vous ne pouvez plus vous concentrer sérieusement sur un autre sujet (non valable plus de 48h ceci dit…)

Et maintenant que je me suis bien excusée, et que je vous ai même collé un petit gif de Chat potté animé,  promis, je vous prépare un VRAI billet ! Restez connectés 🙂

Noël 2013 vs 1983 (Pourquoi j’aurais aimé avoir 4 ans en 2013)

19 Déc

En plein épluchage de listes du père Noël et recherches d’idées géniales pour tous les mini-moi de la famille  ? Moi en tout cas, à J-8 de Noël je suis (encore) dedans jusqu’au cou… Forcément, ca donne envie de se replonger avec nostalgie dans le temps où nous aussi, on croyait encore au Père Noël…On était en plein 80’s, et si 30 ans plus tard la magie de Noël est restée la même, je réalise en préparant les cadeaux que ma propre liste de l’époque c’était finalement un peu…la préhistoire, non ?

Côté paquets au pied du sapin, ça a quand même un peu évolué, et il me prend l’envie d’être née deux décennies plus tard comme mes mini-moi ! Noël XXe vs XXIe siècle : c’est l’heure du match !

Digital kids...

jeux-electroniques-annees-80

1983 : J’peux avoir un jeu électronique double écran pour crâner grave à la récré ?

2013 : j’peux avoir une tablette pour faire comme papa, maman, et pour être juste pas trop has been à ma prochaine fête d’anniversaire avec les copines de Moyenne section ?? Oui, oui, je tolère le contrôle parental sur les applis…

leapfrog tablette

De Jingle bells, à i-Jingle bells…

1983 : On écoute la cassette/le 33 tours des chants de Noël par Henri Dès ?

2013 : On télécharge sur ton Iphone l’appli «Chants de Noël » en 15 langues ? (et toujours avec Henri Dès si on veut, d’ailleurs !!)

Le Père Noël et moi…

1983 : Trop bien, le père Noël m’a parlé au centre commercial ! Il m’a demandé comment je m’appelais, et dans une semaine je recevrai par la poste ma photo  avec lui !

2013 : Trop bien, le père Noël me parle en chat vidéo ! Evidemment, il sait déjà comment je m’appelle, où j’habite, et il m’envoie une photo de lui et moi sur le compte Instagram de maman…Oui, ben ça me semble le minimum syndical de sa fonction de père Noël, non ?!

Mon jouet préférépopples

1983 : Ma peluche est démente, elle fait Pop et elle est multicolore ! Côté tenue, ce rose pop est très raccord avec Flashdance, le film du moment : bref, Je veux un Popples ! (eeettt ooouii, le Popples c’est vraiment revival…une espèce aussi inconnue que le Tyrannosaure pour nos mini-moi !!)

2013 : Ma peluche est démente : elle sait comment je m’appelle (elle aussi..), et elle connait même ma date de naissance… est ce qu’elle raconte des histoires et berce les mini-moi réveillés à 7h du matin ? Ce serait un argument très en sa faveur pour mes parents…  Côté tenue, ce petit rose fuchsia est pile dans la tendance du « Pink » de l’Hiver 2013 ! (trêve de plaisanterie, cet ourson-robot s’appelle Nina, et il effraie un peu ma mère…)

Les cadeaux que j’avais pas commandés…

ugly-sweaters-for-all1983 : Tatie Paulette va encore oublier de regarder ma liste, et m’offrir un truc qui m’intéresse…vraiment, vraiment pas : l’encyclopédie des insectes d’Amazonie, un pull en laine qui gratte,  un porte-clés « J’aime la Provence » en brin de lavande…

2013 : Tatie Paulette, c’est trop une digital senior, elle a découvert les « box » et elle a fait commande groupée pour tous les mini-moi de la famille : cool, une Scienti Box ou une Panda craft, c’est mieux que le pull « Loup sur fond de montagne » ou la marmotte qui siffle, non ?!box-pandacraft-decembre-2013

Barbie, encore et toujours elle : ah oui, mais en mieux…

1983 : Oui, je veux une autre Barbie pour Noël, j’en ai déjà 5, mais Barbie et son petit appareil photo en plastique elle est démente !

Barbie photo fashion2013 : Oui, je veux une autre Barbie pour Noël, j’en ai déjà 5, mais Barbie qui prend des photos numériques visibles sur son tee-shirt et que je peux même retoucher, elle est démennnteee !! ( et oui, Barbie croisée avec Instagram existe :et elle s’appelle Barbie photo Fashion… !!)

Finalement, au pied du sapin, je crois que je vais faire un compromis 1983/2013 : Barbie-connectée et Playmobil-des-indiens, appli contes de Noël et poupée-Corolle-comme-de-mon temps…

Quant aux  tablettes et autres box sympa, je préfère toujours les versions pour les grands : et ce sera pour MOI !!

%d blogueurs aiment cette page :